Influenceurs : les nouveaux profils à recruter en 2021

Les profils qui performeront… ne chercheront pas à performer

 

Nouveaux sur les réseaux sociaux ou jusqu’ici invisibles, des profils inattendus ont été pendant longtemps dissimulés par les macro influenceurs, qui ont une communauté supérieure à 300k abonnés. Stars des réseaux, ils représentent pourtant dans les pays francophones moins de 3% des influenceurs présents aujourd’hui sur les plateformes. Les influenceurs lifestyle, beauté, food ou encore gaming sont omniprésents sur les plateformes, et après la tendance des enfants influenceurs, toujours présente, le contexte de la Covid a fait apparaître de nouveaux besoins et par la même occasion, de nouveaux profils d’influenceurs.

distribution-influenceur-communauté

Profil n°1 : Les fils à papi

La famille, le naturel et soi-même. Les liens familiaux ont été renforcés par cette période particulière. Séparation physique oblige, la technologie a servi de passerelle pour communiquer. Le marketing d’influence a donc bien eu son rôle à jouer pour rapprocher les générations et reconstruire du lien social. Les campagnes ont alors bien été présentes tout au cours de ce confinement, mais leur contenu a pu être surprenant.

papier-toilettes-mamie

Au-delà des campagnes de soutien et de prévention sanitaire – et les omniprésents #OnResteEnsemble#RestezChezVous – l’influence a eu un effet que peu ont commenté : l’envie d’aider les personnes isolées. Mais comment garder ce lien avec nos aînés qui ne sont pas forcément habitués dans l’ensemble à ces nouveaux moyens de communication ? Nous avons alors assisté lors de cette crise à un rattrapage technologique. Cela a permis de rapprocher les générations, à la fois d’un point de vue social mais aussi d’un point de vue des connaissances et compétences technologiques. Et cet apprentissage tardif a pour la plupart été initié par la famille elle-même, amplifiant alors cette reconnexion sociale. Et les micro-influenceurs ont surpris, pour leur solidarité, leur détournement des réseaux sociaux en réseaux familiaux.

 

Ce mouvement s’est accru du fait des tendances récentes sur les réseaux sociaux et le hashtag #OnResteEnsemble a été retweeté des milliers de fois et relayé par la campagne d’influence d’Orange, qui a cumulé près de 250k vues de stories. Cette campagne en soutien aux personnes âgées et à leurs familles a suscité des centaines de milliers de vues sur Instagram avec un nombre d’influenceurs inattendus reprenant le mouvement.

campagne-orange-stories-instagram

Avantage collatéral : l’influenceur troisième âge 

L’émergence des aînés sur les réseaux sociaux est donc bien à prendre en compte. Près d’un baby boomer sur deux est présent sur les réseaux, ce qui n’est pas à négliger. Twitter, en première ligne de ce mouvement, a porté le récent buzz de nos aînés transformés en stars de la musique le temps d’un shooting. Incarnants tour à tour Bowie, Madonna, Presley ou encore le roi de la pop, ces grands-parents des temps modernes cherchaient à récolter des fonds pour leur Ephad, en difficulté en ces temps de crise.

Cette campagne est l’illustration de ces nouveaux influenceurs âgés, mais toujours dans l’ère du temps, qui changent les codes habituels et peuvent incarner efficacement des produits, des causes et des messages. Ces influenceurs âgés, décalés, peuvent aider les marques qui cherchent à incarner un dialogue transgénérationnel. L’idée est de garder en universalité en montrant que la marque s’ouvre à une cible trop souvent marginalisée, mais en réalité, très disponible pour créer, influencer et consommer.

imitation-madonna-mamie

Profil n°2 : Les enfants gâtés (qui ne veulent plus l’être) 

En addition à ce retour à la famille, une remise en question des modes de consommation a émergé dans l’esprit de beaucoup, suivie par une volonté d’agir, de se nourrir et de dépenser mieux.

Les tendances du vintage, du minimalisme et du végétarisme étaient déjà très présentes sur les réseaux sociaux, mais ce temps de confinement et de retour aux sources a amplifié cette envie de nature :

 

34% des Français ont ainsi décidé pendant cette période de se nourrir plus sainement et de manière plus variée. Et qui dit consommer mieux dit consommer plus responsable, plus local.

 

20% de la population française aura également soutenu les commerces et les agriculteurs proches par  en achetant des produits locaux, optant pour des circuits courts.

 

Cette tendance est d’autant plus forte dans les zones rurales et chez les personnes âgées. L’intérêt pour la traçabilité des produits et leur reconnaissance par des labels n’a jamais été aussi élevé, ce qui prouve cette volonté de consommer responsable en priorité pour 80% des sondés. Les réseaux sociaux sont alors le reflet de ces envies croissantes d’être plus respectueux et solidaire.

En plus de ces tendances individuelles sur les réseaux s’ajoutent des campagnes d’influence qui ont permis de faire le lien entre les acteurs locaux et les influenceurs soucieux de ces thématiques. Ainsi, le #Fromagissons en soutien des fromages locaux et traditionnels de la campagne du CNIEL et des Produits Laitiers a reçu un grand succès sur Instagram avec plus de 507,8K d’audience au total, presque le double de l’objectif initial. Cet engouement pour les comportements responsables et solidaires, en particulier dans  le domaine de l’agriculture, n’a donc pas fini de faire parler de lui.

story-instagram-fromage-fromagissons

L’avantage collatéral : l’influenceur agriculteur

De ces nouveaux modes de consommation émergent des profils plein de ressources : les agriculteurs. Leur nombre croissant sur les réseaux sociaux est surprenant, en particulier aux Etats-Unis et au Canada. Ils sont une mine insoupçonnée de conseils, d’histoires et d’astuces sur leur métier et leur quotidien, aussi bien pour leurs confrères que pour les amateurs, avec souvent des milliers d’abonnés sur leurs plateformes. Ainsi ce mix entre nature et technologie peut former un combo gagnant auprès de certaines communautés d’internautes.

newmexicomilkmaid-agricultrice-influenceuse

Profil n°3 : La femme différente (mais comme vous)

Avec le confinement, de nombreuses influenceuses beauté ne se sont pas senties à l’aise avec le fait de publier des reviews de produits. Nombreuses d’entre elles ont revendiqué le no make-up, le no-bra et le lounge wear (et les vêtements amples et confortables). Avec plus de temps pour elles-mêmes, les femmes ont pu exprimer, numériquement leur besoin de libérer leur corp et de s’accepter comme elles sont. Ce créneau, de la dé-consommation des biens esthétiques est certainement challengeant pour les marques Beauté. Les marques de soins ou de la care-cosmetic, en revanche, ont peut-être ici leur carte à jouer.

 

De nombreuses influenceuses de la mode sur instagram ne correspondent pas aujourd’hui aux standards de beauté traditionnels. Rappelons que les profils atypiques arrivent en force sur les réseaux sociaux et cela plaît ! Les mannequins grandes tailles sont en première place dans ce mouvement qui casse les codes de la beauté et sont suivies dans leurs aventures par de nombreux internautes. Briser les règles, donner confiance en soi et s’assumer, voici les mojos de ces influenceuses qui explosent.

 “Se mettre en valeur et arrêter de se cacher peut donner un nouveau regard sur soi-même. » conseille Audrey qui tient le compte instagram “bigornot” à bientôt 16K abonnés.

influenceuse-grande-taille-maquillage

Cette diversification des profils se fait aussi par le biais de campagnes originales, qui traitent de problèmes du quotidien, mais parfois tabous. Mais loin de cacher ces sujets, ces nouvelles campagnes vont mettre en valeur la femme, la faire se sentir désirable même avec ces soucis. Cette revalorisation de l’image de la femme est présente avec la marque Téna par exemple, qui promeut des serviettes noires pour fuites urinaires. Cette campagne d’influence, que nous avons mise en place avec la marque, a permis de générer de nombreux contenus qui permet aux femmes de se sentir séduisantes et décomplexées.

campagne-téna

Elle illustre alors bien ce renouveau de l’image de la femme dans les média, plus libérée et naturelle. Cette tendance se prouve également avec une autre campagne, celle de La Roche Posay pour son sérum Effaclar, anti acnéique, problème qui vise aussi bien les adolescents que les femmes et cela est bien montré dans la campagne. Cette campagne a eu un franc succès avec plus de 2k UGC publiés sur les réseaux sociaux et permet donc aussi une décomplexion de la femme et de son corps.

 

Ces nouveaux types d’influenceuses beauté ou de campagnes sont de plus en plus présents sur les réseaux et permettent au plus grand nombre de s’identifier, ces nouveaux influenceurs paraissent plus naturels, et finalement plus normaux.

 

En définitive

Aujourd’hui, la tendance est donc à un marketing qui respecte le consommateur, tel qu’il est. Les macro-influenceurs, toujours en tête d’affiches, n’intéressent pourtant plus autant les consommateurs, qui se tournent de plus en plus, au contraire, vers des influenceurs terre à terre, plus authentiques, plus communs. La non-hype est leur créneau et cela fait du bien. Ces influenceurs “normaux” sont des profils émergents sur les réseaux, et ils représentent une opportunité pour les marques de changer leur relation client, dont le potentiel est encore trop peu exploité.

 

Sur le même sujet :

Influence 101 : Tout sur la micro-influence

Un micro-influenceur ça sert à quoi (en vrai) ?

 

Voici également notre webinar en replay sur les atouts stratégiques de la micro-influence.

 

Pour consulter notre précédent état des lieux sur l’influence, rendez-vous ici.

Pour en savoir plus sur la micro-influence et parler à un expert, rendez-vous ici.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *